Climat et CO2:  La tromperie de l'éolien 

   Le combat contre le réchauffement climatique est un enjeu vitalà toute espèce vivante, qu’elle soit animale, végétale ou humaine, sur le moyen et long terme. Pour les générations à venir, il est même essentiel qu’il devienne LA priorité.

Les gaz à effet de serre dont le CO2 (~75% d’entre eux) sont la cause majeurede la dérive que nous connaissons déjà. 

 

  • Cependant, la réalité sur les émissions directes ou indirectes de CO2 issues de l’énergie éolienne est complètement détournée par les promoteurs !   
     

Il faut comprendre que la production d’électricité éolienne est complètement indissociable à d’autres sources de production thermique comme les centrales au gaz, au fioul ou encore le charbon, qui sont, elles des énergies pilotables, mais extrêmement émettrice de CO2.

       Pourquoi ?

Le vent est une source intermittente (d’autres diront “variable“)  et non pilotable qu’il faut inévitablement compenser pour éviter une coupure électrique lorsque le vent diminue, ou est nul.

Le graphique suivant montre en superposition la production électrique des éoliennes (en vert) et les centrales au gaz (en rouge) sur un même laps de temps (2 semaines en début 2020). 

Il montre clairement le lien indéfectible entre les 2 sources d’énergie : 

Dès que les éoliennes produisent plus massivement, la puissance des centrales gaz sont réduites ; et inversement lorsque le vent manque, les centrales gaz prennent le relai pour compenser la faiblesse.      (source eco Mix RTE)

    En France les centrales au charbon sont en passe de disparaître car heureusement car elles ont le bilan le plus néfaste en terme d’émission de CO2. En revanche nous construisons encore des centrale au Gaz.

Pourquoi les centrales thermiques (gaz) sont elles utilisées ?

Car elles ont un avantage technique comparé au nucléaire, qui est d’être plus réactif et flexible. Elles permettent de compenser facilement et rapidement l’intermittence du vent chose compliquée pour les centrales nucléaires.

 

  ➤ Or Les promoteurs éoliens ne font jamais état de ce lien si fort qui les unis et encore moins lorsque l’on parle de CO2 ;  pire la FEE (France Énergie Éolienne) les oppose alors qu’en réalité elles fonctionnent en complémentarité !

 

Accepter d’augmenter l’éolien tout en réduisant le nucléaire, c’est inévitablement accepter d’augmenter également les énergies thermiques fossiles.

 

Constatons le résultat de l’Allemagne qui a refusé le nucléaire ; désormais c’est l’un des pays européens le plus polluant en émission de gaz à effet de serre (6 fois la France) en production électrique ; en cause, son charbon et son gaz, malgré un parc éolien 3 fois plus grand que celui de la France…
 

 L’Espagne, qui a fait d’immenses investissements dans l’éolien, a aussi par nécessité, installé massivement des centrales thermiques à forte production de gaz à effet de serre ; là encore, à cause de l’intermittence de cette énergie. 
Son classement de 3ème producteur européen d’électricité éolienne ne l’empêche pas d’émettre,4 fois plus de gaz que la France.

 

En ce qui concerne la France, comme le montre le graphique ci-dessous,  entre 2018 et 2019 le nucléaire a bien chuté de 3,5 % au profit de l’éolien qui augmente de 21%.  

Mais, dans le même temps, les énergies fossiles thermiques (très polluantes) qui compensent lorsque le vent manque, ont augmenté de 9,8% ,  dont +23,8 % pour le gaz.

 

Par chance pour le bilan carbone, nous avons pu réduire la part du charbon qui est encore plus néfaste.

                                                                                                                          (source Bilan 2019 électrique RTE)

  • Alors, faire croire que nous pourrons réduire jusqu’à 50% la part du nucléaire dans notre production d’électricité, sans avoir à recourir aux énergies pilotables fossiles fortement émettrice en CO2, est totalement utopique. 

    Ces centrales à énergies fossiles (Gaz, fioul,) sont 65 à 150 fois plus émettrices de CO2 que le nucléaire. Certes les déchets sont là, mais le risque en France est géré et maitrisé par des autorités de sureté, contrairement au réchauffement climatique qui est un risque majeurs et encore indomptable.

 

  • D’autre part, La FEE (association France Énergie Éolienne ) présente toujours l’éolien avec un bilan carbone inférieur à celui du nucléaire.  

    C’est peut-être vrai sur le plan international (et encore faut-il le désaccoupler du thermique), 
    mais c’est particulièrement FAUX concernant la France :

 

                        ➤ 12,7gr CO2 / kwH pour l’éolien *

                        ➤ 6 gr CO2 / kwH pour le nucléaire **

 

 

La vérité sur l’énergie éolienne en France est qu'elle n’apporte strictement rien sur le plan climatique, et même au contraire !


  
*   sources FEE​
** sources base carbone Ademe + SFEN + Réponse du Secrétariat d'État auprès du ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire publiée dans le JO Sénat du 18/07/2019)

Pour finir, une synthèse par l'expert énergétique Jean-Marc JANCOVICI